Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


Adam Green à la Gaîté Lyrique

namethumb_w600px_img_event_7849a366-a7fe-4307-a080-26cfbb9ae93c
Chargement de la carte ….

Date / Heure

Date(s) – 25/10/2019
19 h 30 min – 22 h 30 min

Emplacement

La Gaîté Lyrique

Catégories


Adam Green est un artiste touche-à-tout : un compositeur, un réalisateur, un plasticien et un poète.

Membre de la scène antifolk newyorkaise à la fin des années 90, il constituait la moitié de The Moldy Peaches, groupe qui a plus tard connu un grand succès grâce la B.O. du film Juno (Grammy en 2007). En solo, Adam Green a enregistré 9 albums, dont beaucoup sont devenus cultes. Ses chansons ont été interprétées par des artistes aussi variés que The Libertines, Carla Bruni, Kelly Willis, Dean & Britta et Will Oldham. Son album Gemstones sorti en 2005 a été disque d’or en Europe. Son dernier album sera disponible le 6 septembre et réimagine le style orchestral baroque de ses albums du début des années 2000. On y retrouve James Richardson (MGMT), Florence Welch (Florence and the Machine) et Jonathan Rado (Foxygen).

Également plasticien, ses peintures et sculptures ont fait l’objet d’expositions à travers le monde et notamment à la prestigieuse fondation Beyeler à Bâle (Suisse) en 2016. Adam Green a pour la première fois combiné son esthétique visuelle, ses écrits psychédéliques et ses compositions musicales dans The Wrong Ferarri (2010), le premier long-métrage filmé entièrement sur un IPhone. « La tragédie loufoque » a été décrite par Rolling Stone Magazine comme étant du « Fellini sous Kétamine » et a fait partie du programme de la Tisch Film School à New York.

Du côté de la réalisation, son second long-métrage, Adam Green’s Aladdin (2016), film qui fait plonger dans le fantastique avec la participation de Macaulay Culkin, Natasha Lyonne, Alia Shawkat, Jack Dishel et Francesco Clemente et entièrement tourné dans des décors en papier-mâché, a été décrit par Buzzfeed.com comme « le film le plus psyché jamais fait », et par RogerEbert.com comme « un film dont la place est à l’intérieur d’un musée ».

Après un recueil bilingue de sa poésie avec Suhrkamp Verlag, Adam Green a récemment sorti War and Paradise, une bande dessinée qui allie son vocabulaire lyrique et visuel. Le sujet de cette guerre épique satirique est le conflit entre les humains et les machines, la rencontre de la spiritualité et de la singularité ainsi que la relation bidirectionnelle entre la vie et la vie après la mort.

Tarifs : Tarif plein : 25€

Billetteries :
Billetterie


Back to Top ↑