Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


FESTIVAL LES FEMMES S’EN MÊLENT

namethumb_w600px_img_event_928a9b1f-b175-48cc-bd18-95fd7e5de7ec1
Chargement de la carte ….

Date / Heure

Date(s) – 05/04/2019 – 06/04/2019
19 h 00 min – 6 h 00 min

Emplacement

Trabendo

Catégories


Les Femmes S’en Mêlent & Le Trabendo s’associent pour la 22ème édition du festival !

Mettre en lumière la scène musicale féminine indépendante : c’est de cette volonté qu’est né le festival Les Femmes s’en mêlent le 8 mars 1997, journée internationale des droits des femmes. Depuis, il n’a cessé de s’épanouir. Dès sa troisième édition, il devient l’un des premiers festivals itinérants, proposant aux artistes de véritables tournées en France, Belgique et Suisse. Avec un parti-pris résolument défricheur : en 22 ans, Les Femmes s’en mêlent a permis de découvrir des figures majeures comme Christine & The Queens, Cat Power ou Jeanne Added. Et fait naître des instants rares, comme la rencontre sur scène de Kim Gordon et de Brigitte Fontaine, ou la magie des premiers concerts français de Feist ou M.I.A.

La musique est le cœur battant des Femmes S’en mêlent. C’est elle qui dessine ses contours, lui donne ses couleurs et son rythme. Avec un mot d’ordre : la diversité. C’est aux Femmes s’en mêlent que résonne la folk de Shannon Wright, la nouvelle chanson française incarnée par Clara Luciani ou Cléa Vincent, l’electro queer des Robots In Disguise et le hip-hop de Little Simz. Un éclectisme en phase avec une génération qui, habituée aux playlists, a dépassé les frontières des genres musicaux pour privilégier des expériences live authentiques. Les Femmes s’en mêlent n’a qu’une exigence : choisir des artistes aux visions singulières et modernes, tout en restant inclusif ; si les femmes occupent le devant de la scène, les groupes qui les accompagnent sont parfois mixtes. Il propose aussi des conférences et des passerelles avec le cinéma, la photo, le graphisme ou des performances. Cette année, c’est au Trabendo que se déroulera, du 3 au 6 avril, le volet parisien du festival, qui voyagera ensuite du 21 mars au 10 avril ; s’y succéderont la french new-wave de Requin Chagrin, l’indie pop stellaire de Tiny Ruins ou encore l’afrobeat de l’Angolaise Pongo : des artistes aux identités fortes, bien ancrées dans leur époque.

Car si la créativité est la valeur phare du festival, c’est qu’elle est source de puissance, d’empowerment. En écho au renouveau féministe qui porte haut la voix des femmes, Les Femmes s’en mêlent défend des artistes qui s’inscrivent dans la démarche du « Girl gaze », notion qui articule aujourd’hui la création féminine : il s’agit de poser sur le monde un regard féminin, et ainsi de le comprendre et d’y affirmer sa place. Ces points de vue sont l’expression de sensibilités, de parcours et d’opinions différents. Tous y ont leur place : festival indépendant, Les Femmes s’en mêlent ne dépend pas d’un pouvoir politique mais l’est foncièrement ; son rôle est à la fois d’abriter, de générer et d’amplifier des idées surprenantes et nouvelles, qui bousculent l’ordre établi.

En ce sens, Les Femmes s’en mêlent est un festival militant, à plus forte raison puisqu’il prône l’ouverture. Si une chanson place sa mélodie au premier plan, elle n’est rien sans la musique qui l’accompagne, ni celles et ceux qui l’écoutent ; de la même manière, les femmes qui participent au festival peuvent ensuite dialoguer ensemble, ainsi qu’avec un public féminin et masculin. Les Femmes s’en mêlent offre donc un espace public à investir avec force, audace et joie : joie d’assister à un concert ou de danser dans une soirée électro, d’y découvrir une nouvelle artiste, le titre qui va vous accompagner pendant des mois.

Créativité, liberté, diversité : dans une société qui se féminise, Les Femmes s’en mêlent affirme plus que jamais sa pertinence. Véritable célébration de la création féminine, il rassemble un public qui reflète à merveille la génération actuelle : des femmes et des hommes qui voient dans l’expression artistique une manière une manière progressiste et heureuse de penser le monde. En musique, évidemment.

Tarifs : Pass 3 jours : 51.00€

Billetteries :
Digitick


Back to Top ↑