Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


MOWNO 20 ANS – JOUR 1 – ABSTRACKT KEAL AGRAM + MONT ANALOGUE + BORNOR

namethumb_w600px_img_event_20265852-34ad-4a31-a5ac-b5a6d2650abf
Chargement de la carte ….

Date / Heure

Date(s) – 16/06/2017
19 h 00 min – 23 h 00 min

Emplacement

Petit Bain

Catégories


Pour ses 20 ans, Mowno prépare une Mind Your Head à la mesure de l’événement.

En 2017, Mowno a 20 ans. Deux décennies passées à décortiquer l’actualité musicale en favorisant la découverte. Pour fêter ça, il fallait qu’une Mind Your Head – les soirées estampillées Mowno pour décliner sur scène la ligne éditoriale du site – prenne une tournure toute exceptionnelle. Elle aura lieu dans l’antre de notre fidèle Petit Bain, pour la première fois sur deux jours d’affilée. Les 16 et 17 juin prochain, ce seront donc l’electro puis le rock qui seront mis à l’honneur, avec à chaque fois la volonté de faire un grand écart entre hier et aujourd’hui : par le biais de la reformation évènement d’Abstrackt Keal Agram que certains lecteurs de feu-Bokson pouvaient découvrir il y a plus de 15 ans dans nos pages, de la présence de certains habitués qu’on ne quitte jamais de l’oeil (Electric Electric, It It Anita), mais aussi de la mise en lumière de talents actuels (Mont Analogue, La Jungle) et certainement de demain (Bornor). On vous attend nombreux, vivants et joyeux. Comme nous.

►16 JUIN 2017◀︎

ABSTRACKT KEAL AGRAM

Il y a des reformations qu’on voit venir à des kilomètres, et d’autres qui parviennent encore à surprendre. Pas de doute que celle tout juste annoncée de Abstrackt Keal Agram va prendre de court les nostalgiques de l’electro hip hop. Fer de lance du genre en France au début des années 2000 avec trois albums incontournables au compteur, les deux compères bretons ont chacun fait leur chemin depuis : alors que Lionel Pierre tentait de mettre son groupe Fortune sur les rails de Phoenix, Tanguy Destables officiait lui principalement en tant que producteur sous l’entité Tepr, pour son propre compte comme pour celui d’artistes, dont Yelle. Dix sept ans après avoir donné son premier concert, le duo est donc de retour aux affaires et annonce déjà une année 2017 chargée en actualité.

MONT ANALOGUE

Google Trad a été inventé pour des mecs comme Ben Lupus et Alex Van Pelt ; soit les têtes pensantes (et souvent masquées) de Mont Analogue. Avec des titres japonais et un nom tiré de leur patronyme, on ne sait pas trop si on doit comprendre que leur premier album est une adaptation analogico-mystique du roman de René Dauval ou non. Chacune des pistes qui composent le disque se passe littéralement de mots, et si l’on note quelques relents de James Holden par ci, quelques influences de musique de jeux vidéo 8-bit par là, la musique du duo reste difficilement classable. Plage lénifiante digne des Airport du manitou Eno, arpéggiateurs un peu tristes, rythmiques glitchées jusqu’à à la moëlle, notes vicelardes et distordues… Impossible de dire si les chansons de Mont Analogue proviennent du rêve ou de la danse, si elles sont sombres ou lumineuses, ou encore s’il faut chercher à percer le mystère qui entoure leurs titres. Qu’importe, chaque piste provoque des grésillements sur nos épidermes fragiles, et c’est finalement tout ce qui compte. (The Drone)

BORNOR

On vit une période sombre que les amochés ne cessent de conter à ceux qui ne se la sont pas déjà prise au travers de la gueule. Puisqu’on n’a pas le choix, autant faire avec et faire en sorte que la musique s’en imprègne aussi, jusqu’à tirer la quintessence d’une ère ou ce qu’il y a de plus pesant et malsain peut soudainement embrasser une beauté soyeuse, une profondeur confortable. Cette approche aussi singulière que familière, Stephane Fromentin a depuis longtemps appris à l’apprivoiser dans l’ombre, en composant discrètement pour le théatre, chez Trunks ou Chien Vert au sein desquels on peut toujours le croiser, comme par le passé chez Plain, Cabine et Ruby Reg Gun. Mais BORNOR a pour lui une toute autre saveur : en assumant le chant pour la toute première fois et en s’accompagnant sur scène d’un collectif à géométrie variable, responsable d’un travail de vidéo mêlant images contemplatives et abstraites, le rennais d’ordinaire introverti offre ses tripes en pâture à qui veut bien se nourrir de ce mélange subtil et pernicieux d’indie rock, de trip hop, d’electro et de krautrock. Celui qui le place – aux côtés des Suuns, Disappears, Beak>, Gonjasufi ou Fuck Buttons – dans un entre deux mondes passionnant, un champs des possibles ou la quête de nouvelles formes bouscule sans cesse toute notion de groupe.

Tarifs : Préventes : 14€ / Sur place : 17€ / Pass 2 jours : 22€

Billetteries :
Digitick
Weezevent
Fnac
Weezevent 2 jours


Back to Top ↑