Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


Hardcore Anal Hydrogen – The Talas of Satan : Patchwork métallique

12.03.2014 // Thomas Ferrandes // 0 Commentaire

Hardcore Anal Hydrogen

Avant-Propos : Lecteurs, Lectrices, si tu as l’impression d’avoir déjà lu cette chronique, c’est tout à fait normal. Suite à des problèmes entre le webzine, le groupe et le label (parce que j’écris trop vite, les gonzes arrivent pas à suivre), la chronique avait été retirée prématurément. Aujourd’hui, grand jour, on a le saint aval des deux autres parties pour envoyer le paplard. Avis à toi, label ou groupe : quand tu envoie un CD, ne vient pas pleurnicher après parce que tu n’as pas su gérer ta communication. Parce qu’on n’est pas tes imprésarios.

Grand dieu que cette chronique partait mal… Un p’tit gars connu pour ses méfaits dans Ze Gran Zeft (déjà chroniqué dans nos colonnes) m’envoie un message du style « Ouaiiiiiiis meeeeec, est-ce que tu peut chroniquer mon nouveau groupe en exclu blah blah blah…  ». Jusqu’ici tout va bien. Puis, pourquoi pas après tout, c’est toujours agréable d’écouter un album en avance. Là où ça s’est compliqué, c’est à la découverte du nom dudit groupe : Hardcore Anal Hydrogen. Putain. Sans déconner, c’est encore autorisé de s’appeler de la sorte ? Je sais que les métalleux ont une certaine tendance à aimer les noms profondément débiles mais là, on atteint l’Everest de l’autisme littéraire. Et je vous parle même pas de ma tronche que j’ai eu vent du nom de l’album… Non, décidément, j’ai regretté longtemps d’avoir dit oui… Jusqu’au jour où j’ai appuyé sur Play.

Hardcore Anal Hydrogen est un groupe Français composé de membres de FrontalZe Gran Zeft et Joe La Mouk (oui oui, le groupe qui a fait ça). Après deux sorties plutôt confidentielles en 2009 avec Fork You et Division Zero en 2011, HAH revient foudroyer des tympans par paquet de mille. Voir plus.

Car si le nom de groupe m’avait un peu rebuté, la musique m’a complètement conquise. Hardcore Anal Hydrogen est un patchwork stylistique de tout et n’importe quoi bien ancré dans un base métal au sens large. Et dès le premier titre de l’album, RamahdHAH s’amuse déjà de ses influences. Punk, Hardcore, Reggae, Noise, Electro, Musique Oriental… Sans avoir l’air décousu ni hors propos. Dhamar illustre parfaitement cette cohérence, arrivant à basculer d’une seconde à l’autre d’une rythmique purement Thrash à des flûtes traversières et percussions « reposantes » sans perdre l’auditeur. Ajoutez par-dessus un chanteur hurlant uniquement en onomatopée ainsi une technique instrumentale assez imposante (KRR) et vous obtenez un mélange brutal et carrément jouissif.

Il est assez difficile pour moi de vous chroniquer ce disque sans vous faire de track-by-track (chose que je refuse de faire sous peine de vous niquer l’effet de surprise) car The Talas of Satan a sa propre logique musicale, son propre monde. Car si on peut le rapprocher de ses grands frère que sont Mr Bungle ou Fantomas (Patton, ce génie…) ou encore de ses semblables français Pryapisme, Hardcore Anal Hydrogen ne rend pas une copie d’un modèle existant mais s’inspire de ses aînés et congénères pour y insuffler son univers.

Hardcore Anal Hydrogen va débarquer le premier Avril et vous allez vous mordre les doigts à force d’attendre ce qui ressemble fort à la grosse surprise de ce début d’année. Intelligent tout en étant au second degré, technique sans être prise de tête, The Talas of Satan est éblouissant de fraîcheur dans le microcosme metal. En attendant, j’retourne m’exploser le cerveau à grands coups d’hurlements sur des flûtes de pan.


Ecrit par Thomas Ferrandes

rédacteur à Midnight Coffee.

D'autres articles de Thomas Ferrandes



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑