Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


Hell Rules Heaven – Sinners : Heavy (FUCKING) Rock

22.07.2013 // Thomas Ferrandes // 1 Commentaire

HRH Money

Kallaghan a  le nez pour déloger les talents et les propulser, c’est indéniable. Après Ze Gran Zeft, c’est Hell Rules Heaven qui se fait enrôler sous la houlette du producteur. Enregistré à Los Angeles, Sinners arrive avec pleins de promesses avec son Heavy Rock des familles. Et il fera des surpris.

sinner hell rules heaven pochette cover

Même constat que pour leurs potes du Bad Teeth Crew, le son est énorme. Je vais pas réécrire la même chose que sur ma chronique de Watch The Crown des ZGZ mais force est de constater qu’une fois de plus, Kallaghan à fait le boulot en faisant ressortir chaque instrument du mix à la perfection. Ce son purement américain aura ses détracteurs (de part un son trop lisse pour certains) mais le style joué s’y prête si bien que le reproche n’a pas lieu d’être.

Le style d’ailleurs. Clairement mainstream, Hell Rules Heaven peut se targuer de ne jamais tomber dans le cliché. Car si certains groupes n’ont jamais pu éviter la facilité et les nombreux pièges inhérent au genre (Papa Roach période Metamorphosis pour ne citer qu’eux),  HRH arrive à slalomer entre les guets-apens pour tout faire péter. Des refrains fédérateurs (Raging Pistols) aux breaks typés Hardcore (Snake) en passant par des riffs furieusement gras (le riff d’ouverture de Seven), les toulonnais s’amuse du panel rock couillu pour aller piocher des éléments là où bon leur semble. Et la grande force de ce Sinners se trouve surement là : arriver à concilier des tonalités purement grand public sans renier la brutalité metal qui ont fait l’age d’or de leurs grands frères.

Si on oublie la trop facile Rockin’ Chair, ce Sinners est réjouissant. Puissant, multi-genre et surtout ultra efficace, Hell Rules Heaven, par un extraordinaire tour de force, est arrivé à fédérer deux publics qui se tire souvent la gueule : les puristes et le public plus mainstream. Et rien que pour ça, chapeau bas messieurs.


Ecrit par Thomas Ferrandes

rédacteur à Midnight Coffee.

D'autres articles de Thomas Ferrandes



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑