Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


Interview de Rabakar pour la mixtape rap « New York Time’s »

03.12.2013 // Sarah Lonegro // 1 Commentaire

Rabakar

Nous avons suivi Rabakar le temps d’une radio marseillaise.  On vous laisse découvrir l’interview de Rabakar par Ludovic Moriset.

Avant de parler de ta mixtape, j’aimerais que tu te présentes un peu aux yeux des auditeurs dont ton nom est inconnu. Depuis combien de temps tu rappes, comment définirais tu ton style ?
Donc moi c’est Rabakar, rappeur d’origine malgache, Madagascar. Mon blaze vient du nom du quartier de ma ville natale. J’viens du 91, Evry, le quartier des Pyramides. ça fait une dizaine d’années que je rappe. J’ai fais mes premières armes avec des mecs comme Sinik, puis j’ai fais d’autres featuring avec AlK-Pot, Katana, Lim, Seth Gueko.

On peut voir une ascension continue, une construction autour de ta carrière artistique, c’est calculé ?
Ce n’est pas si calculé que ça, nous aussi on a connu des plans galères pour enregistrer un morceau sur une mixtape au début. Mais c’est comme ça.

Si tu devais te mettre dans une case, choisirais tu : technique, flow, discours ?
Moi je me définirais plus comme axé sur la technique de rime (multisyllabique) Avant tout je suis un écrivain, plus qu’un interprète, je pourrais me passer de rapper, mais je ne pourrais pas vivre sans écrire. Je peux jouer sur les assonances, les allitérations, pour que la phrase soit poétique.

▬▬▬▬▬▬▬▬ MIXTAPE NEW YORK TIME’S ▬▬▬▬▬▬▬▬

Depuis mi novembre te voilà dans les bacs avec ta mixtape « New York Time’s ». Alors pourquoi « New York Time’s » ?
New York Times parce que lors de mes débuts j’ai été inspiré par les États Unis, mais plus par le East Coast (Mopp Depp, Wu Tang). Les premières mixtapes comme Bombattack, TimeBomb, Néochrome il n’y avait que des instrus new yorkaises. Du coup, c’est comme un clin d’oeil, j’ai repris des instrus kickées par des new yorkais,anciens comme nouveaux confondus pour moderniser le projet, changer le bpm, remixé sauce française. La mixtape est un hommage a New York, aux mixtapes a l’ancienne, un hommage aux rimeurs. On peut voir nombre d’artistes sur le projet; de plusieurs univers différents, réunis parfois sur des combinaisons.

Quel était le but recherché ?
Mon but était de faire en sorte que la mixtape sorte du lot, par ça. Réunir des artistes d’horizons différents qu’on a l’habitude d’entendre séparément mais sur le même track. On a voulu ajouter une originalité au projet, on peut voir des morceaux avec Nekfeu et Alk-Pot, avec toujours des combinaisons inédites. Pour les featurings, il y a Brooks et Dick VanDyke (découverts à l’époque de myspace), qui sont en featuring avec L’Affreux Jojo, Lomepal et kéroué que j’ai découvert sur le net. Vald, Georgio, L’affreux Jojo, Bazoo, découverts sur Daymolition. Et avec le recul, je vois que beaucoup des artistes qui ont posés sur New York Time’s explosent maintenant, ça me fait penser que je n’ai pas une si mauvaise oreille que ça.


Les lecteurs et tes auditeurs n’ont peut être pas la notion du temps que cela a pu te prendre. Depuis quand travailles tu sur ta tape ?
Pour New York Time’s il m’a fallu 1 an et demi deux ans. Je n’ai pas toujours pu enregistrer les morceaux en direct avec les artistes, mes parties ont étées posées plus tardivement afin de mettre les gens qui kickaient sur un instru qui leur plaisaient. Il n’y a eu aucun argent en jeu, tout le monde a joué le jeu.

Des dates de prévues ?
Et bien, j’aimerais. Mais je suis en indépendant et ce n’est pas toujours évident. Pour trouver des contacts c’est délicat. Lorsque l’on est signé en distribution on est déjà placé sur des concerts de la distrib’. En major, c’est beaucoup plus simple qu’en autoprod. Pour les radios, à Marseille c’est brooks qui m’a filé le contact, kéroué a Radio Prune. Je pense que je dois continuer à faire des radios afin d’avoir un public étendu. Ensuite, pourquoi pas faire un Show « New York Time’s » réunissant le plus d’artiste possible, ouais.

Quels sont tes projets artistiques sur le court terme, Un album de Rabakar, plus centré sur « toi », épuré de featuring, afin de découvrir véritablement Rabakar c’est plus envisageable ?
Je voudrais sortir un album dans la même période que New York Time’s, en novembre 2014. Je pense qu’il y aura moins de featuring, la j’ai montré que je pouvais tenir des sons avec tous les gars de la mixtape sans rougir. Le projet sera plus personnel, dans une couleur mélancolique, profonde. C’est mon premier album, je suis trentenaire, à trente ans on a pu prendre du recul, tomber, se relever, c’est de ça notamment que sera composé l’album.

> Rabakar


Ecrit par Sarah Lonegro

Rédactrice en Chef de Midnight Coffee, une tasse de café à la main, l'autre tapotant le clavier les soirs de pleine lune.

D'autres articles de Sarah Lonegro



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑