Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


Interview – The Mars Chronicles : Mars is alive!

15.04.2013 // Thomas Ferrandes // 2 Commentaires

Mars Chronicle logo

La France est, malgré la croyance populaire, un véritable vivier pour le metal. Sans parler des mastodontes Gojira, un florilège d’excellents groupes naissent et se développent. As They Burn et leur deathcore blindé d’ambiances, la folie de 6:33 & Arno Strobl ou encore les géniaux Ze Gran Zeft (dont l’EP à été chroniqué dans nos pages), notre beau pays regorge de talents qui n’ont pas à rougir face aux américains ou aux nordiques. A l’occasion de la sortie imminente de leur premier EP, on a pu poser quelques questions à l’un d’entre eux, The Mars Chronicles, qui risque fort de rentrer dans la cour des grands dès leur première sortie.

Mars Chronicle Photo

Midnight Coffee : Salut ! Est-ce que vous pouvez présenter le groupe en quelques phrases ?

Morgan : Hello, je suis Morgan, batteur de The Mars Chronicles, je suis avec Devy, Guitariste Chanteur et compositeur du groupe. Manque Seb à la basse et Yann notre deuxième guitariste. Devy a monté le groupe l’année dernière, on cherchait le moyen de jouer tous les quatre depuis un petit moment et Mars est né comma ça.

De ce que j’ai pu voir sur le back de votre pochette d’EP (vu sur La Grosse Radio), uniquement Devy est crédité pour l’écriture et les arrangements des morceaux. Les autres membres ont pu prendre part à la composition des titres et apporter leur patte ?

Morgan : Oui, Devy amène plus qu’un squelette de morceau, ce qui est plutôt cool c’est qu’en plus d’être un très bon guitariste, chanteur, compositeur… c’est un très bon batteur également, du coup il a une vision très claire de ce qu’il compose, et contrairement a pas mal de guitaristes se permettant de composer les parties de batterie, il peut le faire intelligemment, il sait ce qui est faisable ou non, ce qui sonnera le mieux… Tout est discutable quand il nous propose les nouveaux titres mais c’est de toute façon très agréable de se voir proposer des morceaux aussi abouti.

Devy : Quand je compose j’ai besoin d’avoir une vision d’ensemble et de pouvoir utiliser ou réutiliser un maximum d’éléments différents. Je me sers des riffs de guitare évidemment pour développer les morceaux mais aussi des grooves de batterie, des mélodies de chant etc… Tout est transformable et utilisable de différentes manières. Ce n’est pas forcément une volonté d’être ultra directif mais ça me permet d’alimenter la composition. Disons que c’est comme ça que je fonctionne. Par contre quand les gars du groupe proposent des idées je suis toujours très intéressé! Morgan a fait un boulot monstrueux sur les batteries et il est vrai que je n’aurais jamais pu composer des parties aussi folles!

La technique dans le progressif est une composante très souvent mise en avant au détriment des mélodies et du ressenti de jeu. Cependant, dans « Constant Show », cette dernière est mise au service de la musique et non le contraire. Ça a été une volonté de base lors de la composition des morceaux de ne pas tomber dans le piège de la surenchère technique ?

Devy : En tant que chanteur je sais rapidement où se situe la limite… Si je compose un truc et que je n’ai pas envie de chanter par dessus c’est que je suis allé trop loin dans la technique ou pas assez loin sur les harmonies. C’est un équilibre fragile à trouver. La priorité est toujours accordé à la mélodie. Je pense que c’est le plus important et c’est ce qui me touche le plus quand j’écoute de la zic.

Morgan : La technique est le vocabulaire qui va te permettre de t’exprimer le plus facilement possible, le plus efficacement. Sans technique tu ne peux rien dire; trop de technique et personne ne te comprend, alors c’est une réelle nécessité de mettre toute notre technique au service de la musique. Nous faisons en sorte que la musique puisse être apprécié de « tous » et que selon le niveau des auditeurs, chacun puisse y trouver son compte. Certains morceaux sont beaucoup plus techniques que d’autres mais c’est effectivement une des premières règles que nous nous fixons: pas de technique juste pour dire d’en mettre partout.

A l’écoute du single, la première de vos influences qui m’est venu à l’esprit est Devin Townsend. Pouvez vous m’en dire plus sur les artistes qui vont ont inspirés ?

Morgan : Merci pour le rapprochement on ne peut plus flatteur déjà. C’est effectivement une de nos influences. Personnellement, je suis assez fan de Meshuggah, Textures, Karnivool, Tool, Devin Townsend, Gojira… pour ne citer qu’eux…

Devy : Merci c’est clair que ça fait plaisir! Je crois qu’au niveau influence on est assez d’accord avec Morgan! Après il y a évidemment beaucoup d’autres groupes ou artistes qui nous influencent dans d’autres styles que le metal. Je rajouterais quand même Incubus surtout au niveau vocal!

On doit s’attendre à des titres dans la même veine que « Constant Show » sur le reste de l’EP ?

Devy : L’EP est assez varié je pense. Il y a des titres plus agressifs, plus longs, plus complexes, plus calmes aussi, plus atmosphériques etc. Chaque morceau a une identité propre. On retrouve inévitablement une « patte » mais je ne suis pas fan des albums où on a l’impression d’écouter 10 fois le même titre… Suspense…

Le rendu sonore est assez inhabituel. Le tout sonne très organique et pas froid pour un sous. C’est une volonté de vous démarquer des productions récentes ?

Morgan : Cool d’avoir remarqué ça ! Notre ingé son et ami Christian Carvin a tout de suite capté notre volonté d’avoir un son très actuel, assez massif et chirurgical sans pour autant tombé dans l’aseptisé qui caractérise un peu trop le metal d’aujourd’hui. Du coup on s’est naturellement orienté vers un son un peu plus chaud et effectivement plus organique en évitant toute modification type trigg de batterie, recalage, auto tune et compagnie… Nous avons préféré prendre quelques heures de plus sur les prises pour avoir ce rendu là.

Devy : On est assez fier de pouvoir dire que le son que vous entendrez sur l’EP est celui qui a été joué et enregistré. C’est un son moderne enregistré à l’ancienne! Je pense que c’est comme ça qu’on capte le mieux l’essence du jeu et l’interprétation des musiciens! Surtout en ce qui concerne la batterie! Après on écoute et on adore des groupes qui triggent et éditent à mort! On trouvait que c’est ce qui correspondait le mieux à notre zic. Christian a fait un boulot fantastique c’est clair!

Votre EP sortira le 13 Mai chez SEND THE WOOD MUSIC. Une tournée est en préparation afin de le promouvoir sur les planches ?

Morgan : Alors… à quelques jours près nous aurions pu te répondre mais nous n’avons malheureusement pas la possibilité de te confirmer quoi que ce soit. Nous attendons une confirmation pour une tournée assez importante mais nous ne pouvons pas en dire plus pour l’instant.

Le téléchargement illégal fait maintenant partie intégrante de l’industrie de la musique. A l’échelle d’un groupe sortant son premier effort, est-ce un réel handicap de retrouver son EP sur une plate-forme de downloading gratuite ?

Morgan : Le but premier d’un groupe émergent est d’être écouté un maximum en un minimum de temps, sur ce principe, c’est plus une aide qu’un réel handicap. Après je ne suis pas un grand fan du téléchargement illégal (que je pratique quand même) alors j’achète toujours un album si il me plait même en l’ayant téléchargé auparavant.

A titre personnel pour chacun d’entre vous, si vous deviez citer un groupe/artiste qui vous aurait le plus marqué, vous répondrez lequel ?

Devy : Difficile!!! Il y a eu des groupes marquant à différentes périodes de ma vie… Donc on va dire quand j’étais minaud: Pink Floyd et mon premier guitariste préféré: David Gilmour! (Shine On You Crazy Diamond, le tout premier solo de guitare que j’ai joué de ma vie!)

Morgan : Très dur en effet… y’en a trop eu dans le passé mais depuis quelques temps je suis traumatisé par Eric Moore, batteur de Suicidal Tendencies. Après dans un autre registre je tiens à saluer le travail de Gojira pour la millième fois, ce groupe a permis de mettre un peu les projecteurs sur le Metal français, on leur doit tous beaucoup à ce niveau là, ce sont d’excellents musiciens et de très bonnes personnes humainement parlant. Ils ont mon soutien ad vitam…

Votre top 5 album de l’année 2012 ? Déjà un prétendant pour vous à l’album de l’année 2013 ?

Devy : Le dernier Gojira est quand même énorme… Ensuite le dernier Klone est ultra cool! Après c’est chaud, il y a tellement de trucs cools qui sortent!

On va se la péter un peu et dire que si notre album est prêt pour 2013 on postulera à l’album de l’année…! (rires)

Morgan : Très dur de faire un top 5 mais c’est sur que les derniers Gojira et Klone ont leur place, le dernier Meshuggah aussi pour ma part… Je dépasse un peu sur 2013 mais le nouveau Hacride défonce aussi.

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à mes questions ! Un dernier mot ?

Merci à toi et l’équipe de Midnight Coffee pour ces questions pertinentes! Merci à ceux qui nous lisent, on se voit très bientôt. MARS IS ALIVE

The Mars Chronicle

Label : Send The Wood

Sortie : 13 Mai 2013


Ecrit par Thomas Ferrandes

rédacteur à Midnight Coffee.

D'autres articles de Thomas Ferrandes



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑