Midnight Coffee
le webzine sur l'actu musicale et artistique


Phaeleh – Tides : Le trip hop reprend ses droits

02.07.2013 // Jean Lapeyrie // 0 Commentaire

phaeleh-cover

Massive Attack, Portishead, Burial, Zomby ou encore Bonobo, si ces noms de groupes, vous sonnent agréable à l’oreille ce sera avec grand plaisir que vous allez vous laisser emporter par le dernier album de Matt Preston alias Phaeleh (à prononcer “Fella”). En effet c’est hier que notre musicien sortait son dernier bijou Tides, un album de trip hop post-dubstep excellemment orchestré. C’est d’ailleurs sans surprise que l’on apprend que Matt Preston est originaire de Bristol, tout comme Massive attack. Au programme ? Un disque tentant de lier ensemble plusieurs influences de sonorités électroniques dans un cadre plus urbain.

La piste qui ouvre Tides, “Journey”  est un morceau employant un beat trip-hop liquide sur des échantillons de cordes à la fois hachés et purs, ainsi il se rapproche des sonorités de l’ère Mezzanine de Massive Attack. D’ailleurs les pistes “Tides” et “Never Fade Away” sont elles aussi imprégnées de ces sonorités mais sont bien moins mémorables.

Un point qui rend Tides intéressant est le fait qu’il soit scindé en deux parties, l’une pleine d’allégresse, d’espoir et l’autre bien plus sombre, pesante. Cette césure se situe au niveau du titre “Whistling in the Dark” proche d’un Portishead, ce morceau nous fait voyager entre sentiment d’insécurité et une calme douceur poétique. Une petite perle.

Le point négatif de l’album, sera sans doute “Nightlights”, le morceau n’est pas mauvais, mais il sonne faux sur l’ensemble, le rythme est bien moins intéressant et la mélodie plus faible. De plus du côté des lyriques, le résultat est le même que pour l’ensemble des composantes de la musiques : mou et décevant. Une attention sans doutes de changer l’esthétique sur quelques morceaux, mais personnellement je n’ai pas accroché sur “Nightlights” alors que sur le morceau “Here comes the sun” qui se repose aussi sur l’idée de démarquer sur l’esthétique générale de l’album, le ressenti fut agréable, un morceau éthérée, minimaliste mais qui ne peut pas plaire à tous.

En bref, Tides bien qu’ayant ses points noirs, reste extrêmement bien réalisé et confortable à l’écoute. De plus certains morceaux sont des coups de maîtres. La meilleure solution reste de l’écouter de se faire sa sélection à travers les pistes afin d’avoir un ensemble à votre goût mais il serait dommage de passer à côté des excellents titres dont est composé l’album.

 


Ecrit par Jean Lapeyrie

pigiste à Midnight Coffee

D'autres articles de Jean Lapeyrie



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑