Raashan Ahmad – Ceremony, quand le mélange des genres a un nom.

Si comme moi vous êtes épris des oeuvres musicales sortant des sentiers battus n’hésitant pas à mélanger les styles et les genres à la façon d’un Nujabes, de façon à pouvoir voyager auditivement à travers le temps et l’espace à la manière de Docteur Who, le dernier album de Raashan AhmadCeremony (Jakarta Records) est fait pour vous.

 En effet ce disque est si riche que je vais passer un sale quart d’heure pour rentrer les mots-clefs de l’article : jazz, groove, hip-hop  funk, soul, folk-rock ou même bossa nova, c’est une croisière dans le 4ème art que nous offre Raashan Ahmad et on s’y laisse naviguer émerveillé. Et c’est surement grâce à ses seconds Adam Theis (multi-instrumentiste, compositeur et producteur de l’orchestre Jazz Mafia Symphony participant sur “Music”), Ta-Ku (Beat maker en avance sur son temps connu pour ces compositions dans le domaine des animes) et 20syl (Dj d’Hocus Pocus et C2C ayant produit “Mariposita” et “No No No”) que le Capitaine Raashan nous dirige avec tant d’aisance sur son navire voyageant à travers les sons et les genres.

 Ce bien-aimé d’Euterpe a ainsi bien évolué depuis les Crown City Rockers dont il fut le fondateur nourrissant sa musique des rencontres ou influences des quatre coins du monde. Ainsi que ce soit avec “Mariposita” ou “No No No” et leurs sonorités latines avec des percussions aiguës, une guitare lente et précise, un synthé appuyé typé soul-funk. Ou avec d’autres exemples tels que “Music” et son joyeux mélange tout en groove composé de cuivres pétillants .Ou bien encore “Mama Nature” un joli funk-electro au rythme d’enfer cadencé par la voix de notre MC. Et ça n’en fini pas avec des titres comme “Ital”, “The Remedy” et “Ease on Back” représentatif d’un hip-hop jazzy propre à l’album Ceremony qui vous plonge dans une ambiance Nujabes-like. Seul bémol de Ceremony resterait peut être “How Long” et son style rock-folk guidé par une guitare sèche et un sifflement installant une ambiance proche de dérives musicales populaires, mais celà ne nous empêche pas de s’extasier face à “Get Hi” un ode au hip-hop où Raashan Ahmad nous montre à quel point il peut être un MC de grande qualité. On s’étonnera même de la présence de sonorités celtiques au début et à la fin de “Whos God”.

 Raashan Ahmad nous montre donc dans Ceremony sa singularité et son ouverture d’esprit face à l’inter-sonorités, un ésthète en pleine évolution n’hésitant pas à faire des recherches sur son art afin de nous permettre d’avoir accès à des sonorités qui ne sont que trop rare dans ce monde.

Un artiste inventif, créatif qui ne peut qu’encore nous surprendre. Et je n’en demande pas plus !

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/playlists/4642096″ params= » » width= » 100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Une réflexion sur “Raashan Ahmad – Ceremony, quand le mélange des genres a un nom.

Répondre à Jeff chipponi Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.