Rétrospécaféine #5 : Boredoms – Super Ae

Après avoir vu des affres venant du Canada, d’Irlande, des Etats-Unis et d’Angleterre, je vous propose de faire maintenant un tour du côté du Pays du Soleil Levant pour une autre perle datant des années 1990 (on parlera d’autre temps bientôt, ne vous inquiétez pas), avec un album incomparable, Super Ae, des Boredoms.

 boredoms-super-aeFormé autour du chanteur/remixeur/hurleur intempestif Yamantaka Eye, les Boredoms étaient, dans un premier temps, des icônes de la scène Japanoise (du Japon et du noise/bruit), avec des compositions absolument hystériques, distordues et limite psychotiques. Formés dans les années 80, ils ont décollé à partir de 1989 avec l’album Soul Discharge, puis ont signé sur une Major pour leur album révélateur Pop Tatari. Oui, un groupe de noise rock a signé sur une major, Warner Music Japan. C’est beau la vie parfois.

 Aussi, Yamantaka Eye s’est fait un nom dans l’univers du free jazz expérimental en hurlant dans le groupe de John Zorn Naked City, et également via son groupe de musique bruitiste Hanatarash, qui consiste à faire du bruit, amener des bulldozers et manquer de se couper la jambe avec une scie circulaire. Durant les années 90, les Boredoms ont profité de cette reconnaissance pour tourner un peu partout dans le monde. Vient alors un changement brutal dans le style des Boredoms avec l’album dont il est question céans : Super Ae.

 Cet album délaisse les grincements et la violence dissonante des précédents œuvres Boredomsiens pour laisser place à une musique tribale, psychédélique, ample, portée par de grands accords majeurs, des guitares puissantes, des chants enjoués et beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP DE PERCUSSIONS.

[tube]http://www.youtube.com/watch?v=cHWtJQ4wbnY[/tube]

 Super Ae est composé de 7 morceaux collés entre eux. Et l’ensemble est absolument décoiffant. Cet album est un mélange de riffs avenants surpuissnts qui sont appuyés par une rythmique à la limite de l’épilepsie (Super Going, parfait, interprété en live ci-dessus), des explosions de joie et d’énergie (Super Are) et des manipulations de bandes magnétiques surréalistes (Dans Super Shine ou l’opener Super You, qui reprend une prise pour la mélanger, la passer à l’envers dans un collage étrangement addictif)

C’est un album étrange, nerveux, parfois déroutant par sa composition très portée sur les effets de production (une technique souvent utilisée par Can à leur époque, on y reviendra) mais elle est porteuse d’une énergie peu commune en musique psychédélique, trop souvent calme quand elle est bien faite, mollassonne dans les autres cas.

Boredoms ont donc procédé avec cet album à une évolution des plus ambitieuses qui se poursuivra dans Vision Creation Newsun, de façon plus accessible, et ce jusqu’à proposer à 77 batteurs de jouer avec eux. Je vous jure. Voilà. Et allez écouter cet album, il est merveilleux.

[tube]http://www.youtube.com/watch?v=Vjk01Wo-aEs[/tube]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.