Les bonnes surprises de la rentrée

Drenge – Drenge
Ce duo originaire du nord de l’Angleterre a certainement fourni l’un des meilleurs albums de cette rentrée. Avec un son abrasif, des riffs torturés et un chant hargneux, les frères Loveless sont parvenus à créer un son qui nous rappelle les années post-punk, ce qui fait énormément de bien à nos oreilles. Seulement âgés de la vingtaine, ce qui explique peut-être leur son survitaminé, nul doute que les deux frangins sont voués à un avenir radieux. Pour les éventuels intéressés, ils se produiront en France les 8, 9 et 10 novembre prochains, à Nantes, Bordeaux et Paris, dans le cadre du festival « Les Inrocks ».

Julia Holter – Loud City Song
Après Tragedy, paru en 2011, et l’excellent Ekstasis, sorti l’année suivante, Julia Holter nous a livré « Loud City Song », son nouvel album. Alors qu’elle nous avait habitués à un son plutôt folk, la jeune californienne nous propose ici des sonorités davantage axées vers la pop, tout en conservant une part d’expérimentation et de mystère. Plusieurs titres, tels que World, In the Green Wild (plutôt jazzy) ou This is a True Heart, s’écoutent sans aucune modération. Avec ce nouvel opus, cette diplômée du California Institute of the Arts (CalArts) mérite largement l’accueil favorable que lui a accordé la critique Outre-Manche.

King Krule – Six Feet Beneath the Moon
Dans un premier temps connu sous le pseudonyme Zoo Kid, Archy Marchall revient avec un nouveau nom de scène : King Krule. Pour son premier album sous ce patronyme, le jeune rouquin n’a pas déçu. Easy Easy, qui ouvre le bal de manière assez sombre, est une pure réussite. D’autres titres, tels que Border Line, A Lizard State ou bien encore Baby Blue, font également preuve d’une certaine maîtrise, ce qui est remarquable lorsque l’on sait que leur compositeur n’a pas la vingtaine. Avec un son côtoyant la darkwave, l’indie, le hip hop et parfois même des rythmes minimalistes, cet opus s’annonce certainement comme l’un des meilleurs de cette rentrée 2013. Autant vous dire que vous n’avez pas fini d’entendre parler de cet artiste frustré, mais drôlement inspiré.

Girls in Hawaii – Everest
Un peu plus de trois ans après le décès de Denis Wielemans, le batteur initial de la formation, dans un accident de la route, les belges de Girls in Hawaii reviennent avec Everest, un album haut perché. Composé de vingt-six chansons qui portent toutes le deuil autant les unes que les autres, il est évident que le son et les textes en sont très sombres, mais très bonnement efficaces. Cest le cas de Misses, Changes Will Be Lost, Not Dead et Tristessa, pour ne citer qu’elles. L’arrivée de François Gustin, un guitariste supplémentaire, a certainement permis de donner une nouvelle dimension à la musique de Girls In Hawaii. Bref, cet opus montre que la Belgique est une terre où l’on sait faire du rock. Deus et Ghinzu l’ont, notamment, déjà prouvé à plusieurs reprises.

[tube] http://www.youtube.com/watch?v=FCuCXoZgNe4 [/tube]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *