Eagulls – S-T : Du fait de trouver un titre correct

La vie est pleine de surprises. Par exemple, je savais pas sur quoi chroniquer aujourd’hui, et du coup, subitement, j’essaye d’écrire quelque chose à l’arrache. Mais évidemment, le but est toujours de vous parler de quelque chose de bien. Aussi, aujourd’hui, je vous parle de post-punk bruyant venant d’Angleterre : Eagulls et leur album du même nom. De la joie en perspective donc.

Eagulls_CoverCe qui frappe quand on écoute cet album, qui nous arrive un peu subitement, c’est la production très en effets qu’adopte le groupe. Mais là où on pourrait trouver une sorte de côté maquillé pour cacher l’inoriginalité, il se trouve que c’est ce qui amène Eagulls au niveau supérieur. La production compressée et bourrée d’effets sert admirablement les envolées noisy post-punk du groupe. On trouve une hargne qu’on pourrait trouver chez des groupes comme Metz ou Iceage, couplée à une solidité sonore qu’on pourrait rapproche d’un post-punk à la Frustration.

La meilleure représentation de cette réussite est le tout premier morceau de l’album, Nerve Endings, tuerie superbe que même le volume minimal n’empêchera pas d’ébruiter tout sur son passage, dans des vagues agressives et flangisantes qui se retrouveront dans tous les murs de placoplâtre qu’elle trouvera. Une fougue que l’on retrouvera également dans d’excellentes routines comme Footsteps, Fester/Blister ou Hollow Visions.

[tube]http://www.youtube.com/watch?v=KhralB8bCL8[/tube]

Les riffs sont tantôt agressifs (et c’est là où ils sont les plus retentissants), tantôt plus avenants et apaisés. Parfois ça le fait moyen, comme Possessed, un peu trop formaté à mon goût, autant dans Opaque, dont les accents pop sont presque les bienvenus. Et si ces morceaux n’ont rien d’absolument ahurissant (surtout par rapport aux morceaux plus agressifs, qui eux sonne frais), ils restent quand même de fort belle facture. On sent toujours une énergie profondément efficace chez Eagulls. Et ça fait du bien.

Eagulls est un très bon album, même si à certains moments inégal, il ne souffre pas de grand chose au final. C’est un album presque rafraîchissant dans sa hargne, efficace et mené tambour battant. Voilà. C’est tout. Et c’est sympa. Ecoutez-le quand vous en aurez l’occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.