Chronique passionnée sur Dreams, le dernier album de WhoMadeWho

« Apres quatre albums, on s’est dit que c’était trop facile d’être le groupe indé cool et décalé, qu’il suffit de faire des trucs bizarres pour qu’on dise que c’est génial. La pop, c’est pas ça. C’est beaucoup plus difficile de la rendre cool et beaucoup plus facile de la détester. »Tomas Hoffding, chant et basse.

Heureusement, il est impossible de détester Dreams qui est un « Brighter » perfectionné. L’album s’ouvre en beauté avec le titre éponyme « Dreams » . Leur trace indie pop n’a jamais été aussi marquée et annonce un renouveau du groupe qui se veut moins underground, s’ouvrant d’avantage à un public plus large bien qu’averti. L’approche musicale est donc différente mais n’est pas moins intense.

Se suit de « Right Track » avec une voix qui lors du refrain ferait penser par moment à du Depeche Mode, sans doute le délire de Tomas Hoffding partant dans les graves. C’est dans une atmosphère posée bien que prenante que ce second titre empoigne l’auditeur.

Le troisième single est le single de l’incontournable « The Morning » . En véritable bijou musical, ce morceau m’a spécialement convaincu et a reçu mon attention la plus particulière lors de sa sortie. Les petits riffs à la guitare et les discrètes sonorités tropicales me font littéralement voyager. Sincèrement si vous n’appréciez pas ce titre, arrêtez vous directement de lire cette chronique. Vous n’avez juste pas de cœur, c’est tout. Des bisous quand même.


Un clip réalisé par l’aide des fans de WhoMadeWho suite à une demande du groupe.

Pour ceux qui n’ont pas quitté MC, se suit le morceau « Another Day » aux sublimes paroles ainsi que « Traces » . Ce sont des titres beaucoup plus langoureux que leur prédécesseur « The Morning » mais ils gardent cette intensité pop indie qui ne peut être négligée. Ce sont les détails sonores qui font le charme de ce futur grand groupe. Des détails sonores que je dis non futiles car ces derniers ont pu ajoutés parfois plus de 20 instruments pour un morceau… Ce qui n’est pas des moindres alors, respect.

Le titre suivant Traces est « Heads Above » , et la transition entre les deux lors de l’écoute de l’album est juste parfaite. J’espère d’ailleurs que pour leur setlist, cela se suit car c’est d’une finesse rare. La basse prend directement aux tripes, les notes au synthétiseur donnent un air quasi divin à la mélodie et la voix du chanteur suivi des timides chœurs rendent la musique solennel. Oui, c’est beau ce que je dis mais quand vous l’écouterez, vous comprendrez. 

whomadewho

« New Beginning » continue sur la lancé des derniers morceaux cités. On se demande bien quand les WhoMadeWho nous feront à nouveau remuer le popotin mais on se laisse charmer par cette douce mélancolie. Alors oui, « New Beginning » est un titre bien trouvé et on se demande bien ce qu’il a pu se passer en eux pour vouloir ce changement… Loin d’être désagréable, au contraire, on sent ce besoin de renouveau chez nos confrères de Copenhague. Et c’est eux-mêmes qui nous l’explique : « Nous pensons qu’il n’y a plus aucune raison de nous considérer comme un groupe underground. Ça devenait trop facile de se cacher derrière un label. Et quel défi plus excitant que de faire un gros album pop ? C’est toujours WhoMadeWho, toujours ce que notre groupe représente aujourd’hui… ».

Voilà maintenant le titre « Indian Summer » , oui mais rien à voir avec le titre des Stereophonics ni celui des Doors. C’est un titre encore une fois, calme et posé mais qui me surprend voir me sidère à 2mn53 exactement par un changement de rythme assez audacieux. Vous m’en donnerez des nouvelles !

Bon, bon, bon. Parlons de choses très sérieuses. « Hiding in the Darkness » me redonne foi en ce délicat déhanchement sur du WhoMadeWho ! C’est un morceau que j’affectionne particulièrement par ces tonalités menaçantes lors du refrain. D’après leurs mots, ce titre est « inspiré d’un voyage au Berghain, le légendaire club techno berlinois » . Je partirai bien en voyage avec eux moi, je vous le dis. D’ailleurs, c’est quand tu écoutes un morceau comme celui-ci que tu comprends combien ces gars sont talentueux… C’est vraiment le morceau à ne pas manquer.  Fermez les yeux un instant, laissez vous porter par la musique et je vous promets que le Berghain s’invitera chez vous.


Une installation plus que sympathique et originale pour la promotion de ce titre.

Cela risque de n’être que des éloges, certes mais pour « Your Better Self », c’est inévitable. Cette musique est juste sublime et est une vraie hymne à soi-même. Allez, écoute ce titre et crois en Tomas Hoffding et ses musiciens ! Avec ça, tu deviendras le meilleur de toi même. Ah, merci les gars, heureusement que vous êtes là. Et on en parle de la phase dingue à 2mn04 ?

Le dernier titre est donc « United » qui finit l’album sur une note reposante et mélancolique. Ce titre est superbement bien écrit et composé mais c’est à croire qu’un chagrin (d’amour ?) aurait touché de son aile notre trio… Ou bien est ce juste la tristesse du fait qu’on te tire d’un doux sommeil ? Un dur retour à la réalité qui signe donc la fin de cet album. Alors si tu es en peine, c’est à éviter sinon profite de la beauté et de la sincérité du morceau.

C’est un album que l’on doit écouter avec attention, à diverses reprises, et déguster comme un grand cru. Finalement, ce sont des mélodies majestueuses et transperçantes bien que très calmes… Dreams est un album qui comme il pourrait l’indiquer est là pour nous faire rêver, en tranquillité, loin de tout. Ce n’est pas un album que je vous conseille pour faire la fête mais plus pour une soirée posée en solo, en duo ou même à plusieurs, il est d’une perfection ultime dans ce cas là et je vous le recommande vivement.

> Dreams sur Itunes

Une réflexion sur “Chronique passionnée sur Dreams, le dernier album de WhoMadeWho

  1. Le meilleur album en ce morne printemps, une lueur magnifique même !
    Heads Above et Indian Summer sont des bombes ! Sans oublier Dreams, Your Better Self ou The Morning.

    Merci pour cet article. Et vous avez raison, il faut très vite écouter cet album qui sera probablement un tournant dans la carrière de ces Danois, Scandinaves aux rythmes si chauds !! 😉

    Rendez-vous au Stereolux de Nantes le jeudi 17 avril 2014, 20h30

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.