Report du concert d’Emilie Simon ou Istres en pleine mue

C’est au Théâtre de l’Olivier, à Istres, que se clôturait la tournée du sixième album d’Emilie Simon, Mue, ce vendredi 19 décembre.

Salle polyvalente pouvant accueillir près de 600 personnes en configuration assise, le Théâtre de l’Olivier propose une programmation riche et variée, avec des soirées théâtre, humour, cirque, danse et, comme ce vendredi soir, des concerts. Le lieu, très intimiste, était idéal pour la dernière date de la tournée du sixième album d’Emilie Simon, Mue.


Il faut dire qu’Emilie Simon est une artiste atypique, capable de fusionner le rock et l’électronique. Ses influences sont éclectiques, allant d’Iggy Pop à Nirvana, en passant par David Bowie, Massive Attack et Kate Bush.

Dès son premier album éponyme, la jeune autrice-compositrice s’est vue récompensée aux Victoires de la Musique, dans la catégorie « meilleur album électronique ». Elle obtiendra à nouveau ce titre en 2007, sans oublier son sacre en 2006, pour avoir composé la « meilleure bande originale de film » pour la Marche de l’Empereur. Ce qui fait aussi la singularité d’Emilie Simon, c’est sa capacité à conceptualiser chacun de ses albums, chacun de ses concepts étant parfaitement mis en scène ensuite durant les tournées.

C’est peu après 20h30 que les lumières s’éteignent. Les musiciens font leur entrée sur scène, lançant Perdue dans Tes Bras, titre issu de Mue. Emilie Simon, cachée derrière son décor très sixteen, commence à chanter, avant de rejoindre rapidement son groupe, pour une prestation riche, tant en émotions, qu’en sonorités diverses. Après deux titres dans lesquels les cordes prédominent, le concert a pris une tournure plus électronique et expérimentale sur les excellentes Graines d’Etoiles et Rose Hybride de Thé, ponctuées par un final de guitares saturées. Paris J’ai Pris Perpète a un peu calmé le jeu, avant que Fleur de Saison ne donne une tournure plus rock. Le spectacle va, alors, jusqu’au premier rappel, permettre à l’auditoire de voyager profondément à travers les différents essais de l’artiste et divers registres musicaux. Flowers, durant laquelle la chanteuse s’accompagne d’un guitalélé, marque un retour en tendresse, avant une sublime reprise de l’un des plus grands succès de Chris Isaak, Wicked Game, parfaitement réappropriée. Quant Vient le Jour, venant ensuite, nous fait sauter sur nos sièges. C’est sur la romantique Les Etoiles de Paris que la généreuse et souriante artiste clôt sa performance, et par la même occasion, sa tournée, en prenant bien le soin de remercier le public et toute l’équipe l’ayant accompagnée durant plusieurs mois.

Comme une sorte de cerise sur le gâteau, une séance de photos et dédicaces était planifiée seulement vingt-minutes après le spectacle. L’occasion pour chaque personne venue y assister de partager un moment avec cette musicienne française hors-pair, qui ne jouit cependant pas, à notre sens, de la reconnaissance qu’elle mériterait d’avoir.

Un seul conseil, pour la prochaine tournée, assistez à l’une des dates programmées. Vu le prix des places, peu élevé, vous avez, en plus, tout à y gagner !

Setlist

Perdue dans tes bras
Des Larmes
Graines d’Etoiles
Rose Hybride de Thé
Paris J’ai Pris Perpète
Fleur de Saison
The Eye Of The Moon
Désert
Menteur
I Call It Love
To The Dancers In The Rain
Opium
Dreamland
Rainbow
I Wanna Be Your Dog (The Stooges cover)

Flowers
Wicked Game (Chris Isaak cover)
Quand Vient Le Jour

Les Etoiles de Paris

 > Emilie Simon

> Retrouvez la sur FB !

Une réflexion sur “Report du concert d’Emilie Simon ou Istres en pleine mue

  1. Pour y avoir assisté, je confirme tes dires, avec moins de verve que toi puisque tu as déjà brillamment tout dit ! Ce fut une soirée mémorable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.