Papaye – Tennis : Du fruit, des filets et du fun

CHALLENGE : Ne pas faire une seule fois d’analogie au sport mentionné dans le titre de cet album, surtout au vu de l’actualité.

Bon, pourquoi pas …

Y en a pas mal, de groupes noisy en France avec un seul mot pour nom. Marvin, Cheveu, Pneu … et Papaye. Et y a du Pneu dans la Papaye. Du moins la moitié. A la batterie, ainsi que deux guitaristes au swag inégalable tirés respectivement de Room 204 et Komandant Cobra. Non présents sur la photo ci-dessus. Ni en dessous. C’est donc un super supergroupe qui a sorti un album nommé Tennis.

Papaye_Tennis_Pochette

Si leur précédent (et premier) effort, La Chaleur, était fort beau car fort empreint d’une indéniable chirurgie monacale qu’est-ce que je raconte, et contenant de fort beaux standards dont tout le monde se souvient, comme Florence Arthaud ou encore La Sueur, force est de constater, outre que ce paragraphe est lourd et cette phrase interminable, constater donc, avant de méandrer, que Papaye s’affirme dans Tennis.

En méandrant justement.

Sans déconner, ce clip mériterait une foutue palme d’or.

Car si les morceaux s’enchaînent très rapidement (ne dépassant que pour un seul morceau les 3 minutes), il n’en sont pas moins dénués de texture. Les ech … superpositions guitaristiques et les motifs rythmiques sont toujours aussi foisonnants, plus même. ‘couplus.

La magie de Papaye dans Tennis est absolument merveilleuse et précise. Les riffs sont soit efficaces (Sparrows and Pigeons) soit complètement bipolaires (Totally Indeed). On sent que les légères frustrations du premier album ont disparu. Papaye se lâche plus, et le sympathique side-project devient une perle de noischizophrénie. Et les innovations (représentées magnifiquement par Grapes, avec plus de larsen et du chant groupé) sont dans la continuité parfaite de leur évolution.

Tennis fait vraiment plaisir, il est efficace, texturé, coloré, avec un énorme potentiel de réécoute (il faut du temps pour assimiler tout ce qui se passe). Jeu, set et match.

Et merde.

Ecouter Papaye sur leur Bandcamp.

Une réflexion sur “Papaye – Tennis : Du fruit, des filets et du fun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *