La Qualité Française est dans la soupe : Le cas Cheveu

Aujourd’hui, chronique improvisée, dans le sens où je l’écris d’une traite, sans vraiment savoir où aller. On n’a qu’à dire que c’est une performance artistique. Foutez-moi la paix. En réverbération de mon article sur la Qualité Française, je voudrais porter à votre attention le cas du groupe Cheveu, groupe de garage rock aux tendances étranges venant de Paris, apparemment. Cheveu fait ce qui s’appelle, théoriquement, du shitgaze, soit de la musique shoegaze (jouée fort avec plein d’effets) et du caca, ou plutôt, des éléments lo-fi (enregistrés à l’arrache, avec du matos de seconde main). Le résultat est deux albums et demi qui sont absolument fascinants. Parlons-en, donc, puisque manifestement, c’est le sujet que j’ai choisi.

[tube]http://www.youtube.com/watch?v=wMblCkCcTrk&feature=c4-overview-vl&list=PL4CAAC0AF92CAFBD3[/tube]

Je me focaliserai sur les deux « albums » à proprement parler de Cheveu, à savoir le premier, Cheveu, sorti en 2008, et le second, 1000, sorti 2 ans plus tard. Sonorement, un morceau de Cheveu est reconaissable : boîte à rythmes synthétique, riffs guitarreux saturés et voix bourrée d’effets et vociférant des paroles incompréhensibles. Mais le premier album a un aspect clairement plus direct, plus punk, plus Berlin, plus lo-fi aussi. C’est un gros pan de gras électrico-électronique qui part dans tous les sens, comme le prouve le morceau ci-dessus, Jacob’s Fight, ou encore des moments de grâce comme Clara Vénus ou Superhero. C’est un album qui est très difficile a cerner, mais qui a une fraîcheur et une jeunesse incommensurable. Je ne sais même pas ce que ça veut dire. Ce qui résume bien mon impression.

[tube]http://www.youtube.com/watch?v=n2vTJ95qUCg&list=PL4CAAC0AF92CAFBD3[/tube]

Dans 1000, en revanche, le style de Cheveu est plus aventureux, plus électronique, incorpore parfois des éléments de hip-hop crasseux (Sensual Drug Abuse, quelque part, ou la reprise hurlante de Vanilla Ice, Ice Ice Baby), faisant preuve de parfois un peu plus de retenue (No Birds) en jouant efficacement d’arrangements violoneux de qualité (Quattro Stagionni ou le terrifiant La Fin au Début). Le résultat est un album étrange, varié et cohérent, un peu comme un bon recueil de nouvelles. Mais ce serait des nouvelles qui seraient écrites avec du sang et des produits radioactifs. Et de la salive.

[tube]http://www.youtube.com/watch?v=e4N0UWt1CR4&list=PL4CAAC0AF92CAFBD3[/tube]

cheveu-albumCheveu représentent quelque chose de rassurant, comme les groupes que j’évoquais dans l’article précédent. Ils ont le chic d’incorporer un univers étrange, pas forcément accessible, et à jouer avec d’une certaine manière à le rendre attrayant. En tout cas, fascinante. S’il est clair que Cheveu n’est pas à mettre entre toutes les bourses mains, c’est un vecteur de bizarrerie sans pareil. Et clairement un des groupes français les plus originaux et intéressants à l’heure actuelle.

Bon, bientôt le nouvel album hein? Vite? Parce que bon, voilà.

Une réflexion sur “La Qualité Française est dans la soupe : Le cas Cheveu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.