Have a Nice Life – The Unnatural World : De la réverbération abusive

Cet album m’est arrive un peu sur le coin de la gueule, pour être honnête, mais c’est pas plus mal. Parce que parfois, la rencontre improbable donne encore plus de ressort à l’écoute. Aujourd’hui, je vous parle du nouvel album du duo post-punk américain Have a Nice Life, nommé The Unnatural World.

hanl_tuw_frontDéjà, pour cerner le projet de Have a Nice Life, il faut déjà savoir que leur approche n’est pas celle d’un post-punk direct, puissant comme peuvent le faire des groupes comme Savages ou Frustration. Au contraire, ce n’est pas une avalanche percussive mais plus un énorme océan de givre. Et cela à travers une production bourrée de reverb et d’échos chevrotants d’autant plus froids qu’ils sont lourds et bruyants.

Cet album est purement sépulcral. Dans le meilleur sens du terme. Les ambiances se dégageant de ces 47 minutes sont incroyablement bien fichues, car elles amènent un phénomène que j’ai toujours trouvé fabuleux : le fait de déceler les mélodies derrière le bruit de réverbération. Le groupe arrive à trouver la juste limite avant le trop plein de réverbération. On arrive à distinguer, mais pour cela il faut s’engouffrer profondément.

Et ça vaut le coup totalement, car les compositions de Have a Nice Life ne sont pas pour autant fainéantes car cachées derrière le brio de la production. Les morceaux sont à la fois très sensibles mais aussi excessivement sombres et pesants. Notamment Guggenheim Wax Museum et Burial Society, qui sont excessivement classes, et mes morceaux favoris de l’album. Et certains morceaux plus percutants sont également réussis, comme Defenestration Song, tout comme d’autres plages plus ambiantes, comme le très beau closer Emptiness will Eat the Witch. Aucun morceau n’est à jeter.

The Unnatural World est certes abstrait au premier abord, mais il comprend de vraies plages sombres et ronronnantes de ce style que l’on appelle « post-punk », coupé au shoegaze pour le bonheur des amateurs de bruit, bref : un album excellemment fichu, hanté et éthéré, qui nous suit à la trace.

Sur ce, ayez une belle vie. Oui je finis sur cette blague. Fermez là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.