We Insist! – We Insist! – De l’efficomplexité

Si vous connaissez pas, vous devriez. We Insist ! est un groupe de rock français formé aux alentours de la deuxième moitié des années 90 qui pioche, et a tout autant traîner chez les proggeux du Rock In Opposition qu’à jouer pour des concerts autrement plus vénèr. Cependant, cet album éponyme, leur sixième, sorti il y a maintenant quelques mois, voit un changement profond dans leur instrumentation, puisqu’ils sont maintenant en formation réduite, sans cuivres, juste des guitares, basse, batterie, chant pour la plupart de l’album, géré par le trio restant.

we-instist-my-friends-lonely-mateEt cette réduction d’effectif donne un résultat qui diffère de ce qu’ils ont fait auparavant, même si leur style reste reconnaissable, le son et les compositions de cet album sont plus efficaces. Cependant, leur sonne perd pas en intensité, puisque ce qu’ils perdent sans les cuivres, ils le regagnent dans leur son encore plus acéré et direct, lié à la complexité rythmique qui désarçonne pas mal mais ajoute à l’aspect progressif des compositions. Cet album n’est donc pas über accessible, mais il est clairement imaginatif, en se jouant pas mal des codes des styles qu’il est censé évoquer. On passe du jazz au rock progressif, un peu de noise rock, voire même de pop dans certaines mélodies. Tout ça se mélange dans une sorte de synergie stylistique qui va a ravir.

Le fait que leur son soit plus centré leur apporte une violente efficacité. Au delà de l’aspect un peu complexe, ça marave ta gueule à coup de dissonnance et de gros riffage. C’est bizarre, mais ça se prend pas la tête pour autant. Des morceaux comme Folding Iron marchent bien dans ce sens, Black Post White Ghost aussi. We Insist ! intègrent d’ailleurs parfois d’autres instruments, comme la guitare acoustique sur l’excellent First Draft ou un accordéon qui bizarrement, ne m’emmerde pas, dans l’extatique Four Nights in August, comme quoi tout arrive. Et finalement, c’est une suite de riffs et d’ambiances assez hétéroclites et non pas disparates qui se passent dans cet album, qui parfois peuvent paraître dures à digérer pour les moins préparés, mais qui donnent plétore de morceaux de bravoure fabuleux, comme My Friend’s Lonely Mate. Ce morceau là est brillant. La mélodie est accrocheuse, le riff mémorable, le jeu de batterie est solide, puis cette coda instrumentale à la fin est fabuleuse au possible. Un grand morceau.

Pour ce sixième album, We Insist ! balancent l’artillerie lourde et nous servent un album très travaillé, direct, complexe et riche. Et si on peut être un peu rebuté un peu par l’herméticité globale du tout, au fur et à mesure, on s’accoutume pour mieux s’accomoder de l’excellent songwriting de We Insist. C’est un album qu’il faut prendre du temps pour apprivoiser, mais dont l’écoute s’avère être des plus intensément passionnantes. En gros, c’est oui.

[tube]https://www.youtube.com/watch?v=Wlif7mHkC-A[/tube]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.