Restriction restera dans les Archive

Le moins que l’on puisse dire est qu’Archive traverse une grande période d’activité créative ces derniers temps. Après With Us Until You’re Dead en 2012 et Axiom en 2013, voilà que le collectif musical britannique aux vingt ans de carrière dévoile son neuvième album, Restriction, qui sera dans les bacs ce lundi 12 janvier.

Si With Us Until You’re Dead s’avérait excellent, Axiom, sorti il y a seulement neuf mois, se montrait beaucoup moins incisif, malgré quelques titres intéressants. Restriction remet brillamment les pendules à l’heure.

Lancé par des samples purement « archiviens », Feel It ouvre le bal, avec la voix de Dave Pen et des riffs de guitare propres au rock alternatifs. Les claviers s’y entremêlant ensuite donnent encore une autre dimension à la chanson. L’entrée en matière est une excellente surprise. Elle montre aussi l’importance toujours croissante prise par Dave Pen au sein du groupe. L’éponyme Restriction, dans lequel les percussions prédominent, est tout aussi intéressant. Comme souvent dans les LP d’Archive, les morceaux s’enchaînent parfaitement, et Kid Corner, déjà dévoilé depuis quelques jours sur la page Facebook officielle, prolonge Restriction. A n’en pas douter, cet extrait sera un single. Holly Martin y fait sa troisième apparition dans un essai d’Archive. Plus jeune chanteuse au sein de la formation, la belle blonde démontre encore qu’elle a largement sa place en pareille société. C’est d’ailleurs avec elle que s’enchaîne le calme et un peu moins percutant End Of Our Days. Ce dernier donne suite à Third Quarter Storm, où les voix de Pen et Martin se marient magnifiquement, avant Half Built Houses, que Maria Q s’approprie parfaitement, seulement accompagnée par un piano.

[tube] https://www.youtube.com/watch?v=8VAbrpKDeVI [/tube]

Ride in Squares, plus énergique, précède Ruination, qui rappelle Interlace, et va comme un gant à son interprète, Dave Pen. La batterie et la guitare ont un rôle prépondérant dans ce morceau taillé pour le live. Crushed, dominé par des riffs distordus saturés, se conclut par des samples apocalyptiques, avant que le calme ne reprenne avec Black And Blue. Cette chanson, présentée depuis la tournée française de With Us Until You’re Dead, est remplie d’émotions. Elle constitue ainsi l’un des temps forts de cet album. Greater Goodbye, qui va dans la lignée de ce que Darius Keeler et Danny Griffiths nous ont présentés depuis le début de leur carrière, se termine de façon alternative. Elle est idéalement suivie de Ladders, tout aussi progressif, et qui clôt brillamment la galette. Pollard Berrier y démontre, une nouvelle fois, qu’il est devenu l’un des piliers du collectif musical. Ce titre, qui repose d’abord sur une nappe de clavier, se termine de façon plus électrique, rappelant l’excellent Bodysnatchers de Radiohead.

Archive restriction

Il est donc difficile de ne pas être conquis par ce nouvel essai d’Archive, L’ambiance plus oppressante que jamais, la dimension cinématographique et la diversité instrumentale et vocale constituent les ingrédients de la réussite. Contrairement à ce que l’indique son titre, il s’agit d’un album à écouter sans Restriction.

Enfin, il n’y a rien d’étonnant à voir le groupe se lancer dans sa « plus grande tournée internationale ». De nombreuses dates sont au programme aux quatre coins de la France pour l’automne (Caen, Nantes, Toulouse, Montpellier, Grenoble, Lyon, Paris, Lille, Metz, Dijon, Rennes et Niort). Sans oublier le lancement de la tournée à Nancy, le 19 février prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.