Midnight Toffee : La playlist estivale de Jean.

Alors que juillet arrive et qu’on est même pas sûr d’avoir du soleil pour des raisons de fin du monde, je vous propose une petite playlist variée constituant mes écoutes pour le prochain été, vous pourrez même écouter cette playlist commentée en podcast de mon émission XPerimental, sur RADIOM, . C’est Midnight Toffee, des playlists pour l’été. Fête.

Pour l’heure, voilà de quoi il en retourne. Si vous voulez plus d’infos, un lien est ajouté sur le nom des albums déjà évoqués céans par notre floppée de rédacteurs au Swag Inégalable.

1. Black Bug – You Scream (Reflecting the Light)

Pour commencer cette playlist, un morceau garage/indus avec Black Bug, groupe suédois exilé à Bordeaux, tire de leur album Reflecting the Light, un opener dévastateur au riff puissant et synthétique.

2. Wild Smiles – Sweet Sixteen (Sweet Sixteen/Tangled Hair)

Wild Smiles, avec pourtant juste un single deux titres, à marque les esprits avec le surf rock débridé et shoegazeux de Sweet Sixteen, absolument merveilleux. On attend la suite avec impatience!

3. Cheveu – Charlie Sheen (Mille)

Récemment paru sur la fabuleuse compil Noise in France, ce morceau de Cheveu, tiré de Mille, a tout, une rythmique hip hop se changeant en garage rock hystérique. Un vrai bonheur auditif de la part d’un des groupes les plus imaginatifs de France.

4. FIDLAR – White on White (FIDLAR)

Toujours dans le punk garage, mais plus conventionnel et efficace, et moins français, l’album éponyme de FIDLAR fait mouche en oscillant entre déflagrations punk (comme ce White on White) et sessions plus pop (Max can’t surf). Un album efficace et fun qui promet beaucoup de leur part.

5. Poni Hoax – Down on Serpent Street (A State of War)

En parlant de Pop, l’excellent A State of War de Poni Hoax regorge d’un tube au hook génial et aux paroles incendiaires (These streets will die one day and fade away …) avec ce merveilleux Down on Serpent Street. De quoi bouger son booty en attendant les bombes.

6. Captain Murphy – Mighty Morphin Foreskin (Duality)

Le paysage hip hop a été mouvementé ces derniers temps, et le dernier opus de Captain Murphy/Flying Lotus a fait mouche grâce à ses instrus d’une qualité absolue (comme celle de ce morceau, Mighty Morphin Foreskin) et des guests aussi improbables que géniaux (Earl Sweatshirt, Just Blaze, Madlib, TNGHT et Alejandro Jodorowsky).

7. Quasimoto – Broad Factor (Yessir Whatever)

Le dernier opus compilatoire de l’alter ego sous hélium du producteur Madib propose des tracks absolument solides et puissantes, avec un opener hystérique et psychédélique, Broad Factor. Comme toujours, Lord Quas est abstrait, psyché et toujours « America’s Most Blunted ».

8. Tyler, The Creator – Rusty (Feat. Domo Genesis & Earl Sweatshirt) (Wolf)

Le Créateur a vraiment excellé son style de production et d’écriture dans Wolf, et a surtout réussi ce qu’il avait plutôt raté dans Goblin, à savoir pousser ses guests à leur meilleur niveau, comme Domo Genesis, complètement affamé dans Rusty ; ou affiner ses productions tout en gardant son aspect un peu creepy.

9. Earl Sweatshirt – Chum (Doris)

Earl Sweatshirt, également présent sur Rusty, sortira en juillet son premier album Doris (on en parlera), très attendu après l’excellente mixtape Earl. Parmi la floppée de producteurs, Chum et son introspection très touchante s’impose comme un des morceaux les plus puissants de Earl. Solide!

10. RHUME – Biarritz (RHUME LP)

Je vous propose un dynamitage dans les règles de l’art du slam/spoken word français avec ce duo Daxois, Rhume, avec un album oscillant entre noise, hip hop et expérimentations sonores. Biarritz notamment, a un texte absolument percutant. Car oui, celui qui pense encore conduire sa vie est un chauffard.

11. Queens of the Stone Age – Fairweather Friends (… Like Clockwork)

Moins « dans ta gueule » que Era Vulgaris, … Like Clockwork s’impose comme un album plus poppy et écrit de la part des reines de l’âge de pierre, et s’ils ne peut rivaliser avec des météores comme Songs for the Deaf ou Rated R, il est en revanche superbement écrit, comme cette perle Fairweather Friends, avec en guest Trent Reznor, Mark Lanegan, Nick Oliveri et Elton John … ?

12. Marvin – As Noisy As Possible (Barry)

Dans le brillamment agencé Barry, Marvin dévoilent de véritables météores noisy, rock et efficaces. Et As Noisy As Possible ne démérite pas de son titre, car c’est bien comme cela qu’il faut l’écouter : aussi fort que possible.

13. Papaye – Sparrows and Pigeons (Tennis)

Papaye ont, avec Tennis, vraiment trouvé une formule magique dans leur rock schizophrénique joyeusement ubiquiteux. Sparrows and Pigeons, en plus d’avoir un clip mémorable fait de gifs dégueulasses, alignes des riffs savants mais avant tout fun et éclairé.

14. Ringo Deathstarr – Rip (Mauve)

MEILLEUR ERSATZ DU MONDE. Certes, la musique de Ringo Deathstarr (photo) fait gravement penser à ceux qui vont suivre, mais quand c’est aussi bien fait, de quoi se plaint-on ? Mauve est un excellent album de shoegaze et Rip, un opener court mais intense.

15. My Bloody Valentine – I Can See It (But I Can’t Feel It) (Isn’t Anything)

Un morceau qui sent bon le soleil, seulement regardé directement jusqu’à ce que nos yeux brûlent. Tiré du sous-estimé Isn’t Anything, ce morceau fait du bien. Beaucoup de bien. Et déprime aussi.

16. BADBADNOTGOOD – Fall in Love (BBNG)

Un peu de Jazz-hop pour terminer de la part de BADBADNOTGOOD avec Fall in Love, tiré de leur premier album BBNG, un morceau doux, à la rythmique hip hop envoûtante, histoire de clôturer classieusement cette playlist.

Et moi de vous souhaiter un bon été, et à la semaine prochaine!

Et vous pouvez liker XPerimental sur Facebook ici et RADIOM ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *